Sacred groves in Kodagu district of Karnataka (South India). A socio-historical study.
:

M.A. Kalam

:
Institut Français de Pondichéry
:---
:
55 p.
:

Pondy Papers in Social Sciences n°21

:

English

:

978-81-8470-100-5

:

170 Rs (8 €)

:---

This paper traces the way devarakadus in Kodagu district of Karnataka have been affected. In 1985 devarakadus were declared as Reserve Forests and a Notification was issued by the Karnataka Government to hand over the devarakadus back to the Forest Department. The Forest Department has surveyed and demarcated some of the devarakadus. At present concerted attempts are on to vegetarianise the deities in the devarakadus and to convert them into hal mathu hannu (milk and fruit) deities. Human interventions and encroachments of various kinds and degrees are in direct conflict with romanticised notions of the devarakadus as patches set aside for conservation. The most affected devarakadus are the ones that are in close proximity to human habitations.

sacred groves (Devarakadus), Coorg (Kodagu), South India

Cet article retrace la manière dont les bosquets sacrés (devarakadus) du district de Kodagu, au Karnataka, ont subi de profondes transformations depuis la deuxième moitié du siècle dernier. En 1905, le Département Forestier a passé la gestion des devarakadus au Département des Revenus. Après une période de 80 ans, les devarakadus ont été déclarés «Reserve Forests» et le Gouvernement du Karnataka a émis un avis selon lequel la gestion des devarakadus devait retourner au Département Forestier. En dépit de cet avis de 1985, les devarakadus n’ont pas été formellement rendus au Département Forestier. Actuellement, c’est donc un double contrôle qui s’exerce sur eux. Le Département Forestier a toutefois passé outre, inspectant et délimitant quelques-uns des devarakadus. Aujourd’hui, des tentatives concertées s’efforcent de rendre végétariennes les divinités des devarakadus afin de les convertir en divinités « fruit et lait » (hal mathu hannu). Les interventions des hommes et les empiètements de différentes sortes, et de degrés variables, rendent caduques les acceptions romanesques attachées au devarakadus, notamment l’idée que ces parcelles auraient été mises de côté pour la conservation (de la biodiversité). Les bosquets sacrés les plus affectés sont évidemment ceux qui se situent à proximité des habitations humaines.

bosquets sacrés (Devarakadus), Coorg (Kodagu), Inde du Sud