The Archaeology of Bhakti II. Royal Bhakti, Local Bhakti
:

edited by Emmanuel Francis & Charlotte Schmid

:
Institut Français de Pondichéry / Ecole française d’Extrême-Orient
:2016
:
ix, 609 p.
:

Collection Indologie n˚ 132

:

English

:

978-81-8470-212-5 (IFP) / 978-2-85539-221-9 (EFEO)

:

1300 Rs (56 €)

:Printer-friendly version

This volume is the fruit of the second workshop-cum-conference on the “Archaeology of Bhakti”, which took place from 31st July to 13th August 2013 in the Pondicherry Centre of the École française d’Extrême-Orient. “Royal Bhakti, Local Bhakti” was the topic of this scholarly encounter and is the central theme of the present volume, which attempts to clarify the roles of kings, local elites and devotional communities in the development of Bhakti.

When we look at the monuments that are the material traces of Bhakti, we expect kings and their immediate relatives to have played a key role in producing them. But temples commissioned by ruling kings are in fact relatively rare: most sacred sites resonate with the voices of many different patrons responsible for commissioning the buildings or supporting the worship conducted there. Queens, princes, palace women, courtiers, local elites, Brahmin assemblies, merchant communities, and local individuals all contributed to the dynamism of Bhakti.

Far from downplaying the importance of kings as patrons, this volume explores the interactions between these different agents. Do they represent independent and separate streams of Bhakti? Or is there a continuum from large-scale royal temples to locally designed ones? What is the royal share in the development of a Bhakti deeply rooted in a specific place? And what is the local one? How did each respond to the other? Was the patronage by members of royal courts, especially women, of the same nature as that of ruling kings?

After an introduction by the editors, fifteen scholars address such issues by examining the textual foundations of Bhakti, the use of Bhakti by royal figures, the roles of artists and performers, the mediation of queens between the royal and local spheres, and the power of sacred places. The volume concludes with an afterword by Richard H. Davis.

devotion, temples, inscriptions, places

Emmanuel Francis was educated at the Université catholique de Louvain (Belgium), where he obtained his doctorate in languages and literatures (2009). He is currently a researcher at the Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS) and is affiliated to the Centre d’études de l’Inde et de l’Asie du Sud / Centre for South Asian Studies (CEIAS, UMR 8564, EHESS-CNRS) in Paris. Specialized in Sanskrit and Tamil philology and in the history of South India, his publications include several articles on Indian epigraphical sources. The first volume of his study on the royal ideology of the Pallava dynasty of South India (circa 300–900), Le discours royal en Inde du Sud ancienne, has appeared in 2013. The second volume will appear shortly.

 

Charlotte Schmid is director of studies of the École française d’Extrême-Orient (EFEO). She divides her research between two areas of field-work, the north and the south of the Indian subcontinent. After studying the earliest known representations of a major Hindu deity of Bhakti, those of Kr̥ṣṇa in Mathurā, she had the good fortune to spend several years in the Tamil-speaking South. Poring over inscriptions and sculptures produced during the Pallava and the Cōḻa periods (6th-12thcentury) and reading texts with the help of the Pandits at the centre of the EFEO in Pondicherry enabled her to produce her most recent books: Sur le chemin de Kr̥ṣṇa : la flûte et ses voies and La Bhakti d’une reine.


Cet ouvrage est le fruit du deuxième atelier-colloque « L’archéologie de la Bhakti », qui s’est déroulé du 31 juillet au 13 août 2013 dans le centre de l’École française d’Extrême-Orient à Pondichéry. « Bhakti royale, Bhakti locale », le thème de cette rencontre scientifique, constitue le sujet du présent volume. L’on s’efforce d’y définir le rôle des rois, des élites locales et des communautés dévotionnelles dans le développement de la Bhakti.

Dès lors qu’il s’agit de traces matérielles de la Bhakti, l’on s’attend à ce que les rois et leur entourage immédiat mènent le jeu. En réalité, les temples fondés par les rois sont peu nombreux. Des communautés et des individus n’appartenant pas à des familles royales ont joué un rôle important dans le développement des sites de Bhakti, où résonnent les voix de ces patrons divers. Reines, princes, femmes et hommes de cour, élites locales, assemblées de brahmanes, communautés de marchands et bien des particuliers ont aussi contribué au dynamisme de la Bhakti.

Loin de minimiser l’importance des rois comme patrons, ce volume explore l’interaction entre ces différents acteurs. Représentent-ils des courants indépendants et distincts de la Bhakti ? Y a-t-il une continuité entre les temples royaux et les fondations locales ? Quelle est la part royale dans le développement d’une Bhakti profondément enracinée en un lieu précis? Comment la Bhakti royale a-t-elle réagi au contact de la Bhakti locale et vice versa ? Le patronage des membres de la cour, des femmes en particulier, est-il de même nature que celui des rois en exercice ?

Après une introduction par les éditeurs, quinze chercheurs tentent de répondre à ces questions en examinant des textes fondateurs de la Bhakti, l’usage de celle-ci par des figures royales, le rôle des artistes-interprètes, la médiation des reines, entre le royal et le local, et, enfin, la puissance attachée à des lieux considérés comme sacrés. Une postface de Richard H. Davis conclut le volume.

dévotion, temple, inscriptions, lieux

Emmanuel Francis est docteur en langues et lettres de l’Université catholique de Louvain (2009). Il est chargé de recherche au Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS) et membre du Centre d’études de l’Inde et de l’Asie du Sud (CEIAS, UMR 8564, EHESS-CNRS) à Paris. Sanskritiste, tamoulisant et historien de l’Inde du Sud, ses publications concernent notamment les sources épigraphiques indiennes. Le premier volume de son étude de l’idéologie royale de la dynastie des Pallava (Inde du sud, ive-ixe siècles), Le discours royal en Inde du Sud ancienne, est paru en 2013. Le second volume paraîtra prochainement.

 

Charlotte Schmid est directeur d’études à l’École française d’Extrême-Orient (EFEO). Ses recherches se partagent entre deux terrains, le nord et le sud de la péninsule indienne. Après avoir étudié les premières représentations connues de Kr̥ṣṇa à Mathurā, elle a travaillé plusieurs années en pays tamoul. L’examen des inscriptions et sculptures produites durant les périodes pallava et cōḻa (vie-xiie siècles de notre ère) et la lecture de textes tamouls avec des pandits du centre de l’EFEO à Pondichéry ont nourri ses deux ouvrages les plus récents : Sur le chemin de Kr̥ṣṇa : la flûte et ses voies et La Bhakti d’une reine.